Aller au contenu principal

soluce The Legend of Zelda : Spirit Tracks

Chapitre 3 : Le Sanctuaire de la forêt (Sylvestre)

Soluce The Legend of Zelda Spirit Tracks

Le village de la Foresteraie

Commencez par tracer un trait pour symboliser votre itinéraire sur la carte. Choisissez alors de vous rendre jusqu'au village situé juste avant la forêt (image1). Quelques monstres ailés vous attaqueront sans doute en chemin. Donnez des coups de corde au moment où ils fondront sur vous afin qu'ils se prennent un jet de vapeur. De quoi les calmer net dans leur élan ! Votre premier arrêt est en fait un village nommé la Foresteraie. Rendez-vous jusqu'à la hutte du chef située le plus au nord (image2), et discutez avec lui pour en apprendre un peu plus sur le sanctuaire qu'il vous faut trouver. Celui-ci vous renvoie alors à la bonne grâce des habitants du village. Visitez les deux huttes au centre de la zone pour parler à deux hommes qui vous confieront chacun un indice précieux (image3 et 4).

image 1

image 1

image 2

image 2

image 3

image 3

image 4

image 4



La forêt

Parlez à Zelda près du quai pour reprendre la route. Choisissez alors de vous rendre en plein cœur de la forêt, plus à l'ouest (image5). Arrivé dans la forêt, il vous faut mettre en pratique les conseils des villageois pour pouvoir facilement retrouver votre route. Il suffit en fait de suivre la direction vers laquelle pointent les branches des arbres situés juste avant les bifurcations (image6). Tous sauf le tout dernier avec lequel il suffit en fait d'inverser (sens inverse de la direction vers laquelle pointent ses branches).

image 5

image 5

image 6

image 6



Le bon chemin de la forêt



Le sanctuaire Sylvestre

Empruntez les escaliers en haut à droite de l'écran et passez le pont après les bombes pour apercevoir un interrupteur. En actionnant celui-ci vous avez la possibilité de faire apparaître une passerelle sur la gauche durant un court instant. Tellement court d'ailleurs qu'il vous faudra ruser car vous devez utiliser ce pont pour transporter rapidement une bombe jusqu'à trois blocs barrant le passage plus à gauche. La technique qui vous permet de gagner du temps est relativement simple et consiste à jeter une des bombes vers l'interrupteur (sans le toucher toutefois). Vous bénéficierez ainsi d'un laps de temps supplémentaire (avant qu'elle n'explose, repoussant alors de quelques secondes le moment où l'interrupteur s'enclenchera) pour aller chercher la seconde bombe et foncer vers le mur de briques à exploser. Une démonstration vidéo devrait vous aider à mieux saisir ce dont il retourne si vous avez quelques difficultés avec ce passage.





Poursuivez vers la gauche et stoppez devant la statue en pierre (image7). Une lueur bleue en sort, suivie d'une lueur orange. Passez par l'inventaire pour sélectionner votre ocarina et rejouez l'air en soufflant une fois dans l'embout bleu et juste après dans celui de couleur orange. Vous apprendrez ainsi le chant de l'éveil, consultable à tout moment depuis le menu. Ce chant vous permettra entre autre de réveiller les statues pour obtenir des indices. Poursuivez et observez le schéma au centre des statues. Vous devez relier entre elles les deux statues qui se font face. Il s'agit de celles que nous vous présentons en image8. Pénétrez ensuite dans la porte au nord pour rencontrer Domus (image9). Il vous faudra alors vous livrer à un petit duo musical pour redonner son éclat au glyphe en votre possession (image10).

image 7

image 7

image 8

image 8

image 9

image 9

image 10

image 10



Tout est affaire de rythme dans ce genre de phases musicales qui reviendront à de multiples reprises dans le jeu. Votre partenaire vous montrera un rythme qu'il vous faut impérativement adopter lors de répétitions. Il livrera par contre des notes différentes lorsque vous essaierez pour de bon. Il faut alors faire en sorte de ne pas se laisser distraire et garder en tête le rythme observé en répétitions. Même si nous vous proposons une vidéo sans son, vous pourrez toutefois y observer le rythme entre les touches.


videos-humour

Il parait que ça cartone ...